La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter

Publié le lundi, 2 octobre 2017

La commu­nauté des Gee-Gees en deuil

Actua­li­tés

Par : Char­ley Dutil-Jour­na­liste

C’est avec tris­tesse que les étudiant.e.s de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa ont appris lundi après-midi le décès de Loïc Kayembe, étudiant en 3e année âgé de 24 ans et joueur de l’équipe univer­si­taire de Foot­ball.

Un joueur bien-aimé de ses coéqui­piers

Bien que la cause du décès reste à confir­mer, l’U d’O a déclaré dans un commu­niqué offi­ciel que « Loïc est décédé subi­te­ment dans son sommeil tôt dimanche matin ». Plusieurs joueurs de l’équipe de foot­ball affi­chaient sur les médias sociaux, dès lundi matin, des messages d’amour pour leur défunt coéqui­pier.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs des joueurs ont partagé des vidéos de leurs meilleurs moments avec Kayembe. Un autre joueur a simple­ment partagé le message « R.I.P mon frère… ». La plupart des joueurs ont égale­ment publié une photo d’un pamphlet montrant les détails des funé­railles de leur regretté coéqui­pier, orga­ni­sées les 29 et 30 septembre.

Les Gee-Gees honorent la mémoire de Kayembe

Tout au long de la semaine, le service des sports de l’U d’O s’est assuré que Kayembe serait honoré pour ses prouesses sur et hors du terrain. Les Gee-Gees et les Ravens ont décidé de lui dédier le match Panda de samedi. Une minute de silence sera respec­tée en début de rencontre à cet effet.

D’autres équipes des Gee-Gees ont aussi décidé d’ho­no­rer la mémoire de Kayembe. L’équipe mascu­line de hockey a par exemple porté cette fin de semaine, lors des périodes d’échauf­fe­ments, un bras­sard noir un ruban noir affi­chant le numéro 49 attri­bué à Kayembe. L’équipe a égale­ment publié une vidéo d’en­cou­ra­ge­ment sur leur compte Twit­ter.

Si jeune….

Pour plusieurs étudiant.e.s, la mort d’un des leurs frappe proche du cœur. Étudiant à l’Uni­ver­sité et employé des Gee-Gees, Rémi Robi­chaud, souligne que « la perte de quelqu’un de si jeune évoque le fait que chaque jour peut être notre dernier ». « Il est si triste que Loïc soit mort si jeune, il avait toute sa vie en avant de lui », ajoute-t-il avant de préci­ser que « le joueur de ligne défen­sive des Gee-Gees était en pleine forme ». Pour Robi­chaud, mourir dans son sommeil de cette manière « nous fait réflé­chir à comment notre vie peut faci­le­ment nous glis­ser entre les doigts ».