La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter

Publié le lundi, 2 octobre 2017

En coulisses de la construc­tion

Par: Gabrielle Lemire, Cheffe Arts et culture

Surtitre: Expan­sion de la Cour des Arts

 

 

La construc­tion dans la capi­tale natio­nale, ce n’est pas nouveau. Surtout lorsqu’elle s’ap­proche du campus de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa. C’est le cas avec le nouveau déve­lop­pe­ment des bâti­ments de la Cour des Arts au 2 rue Daly, qui permet­tront d’in­ten­si­fier l’îlot artis­tique qu’est le centre-ville d’Ot­tawa. Le mercredi 27 septembre se dérou­lait un tour guidé exclu­sif de la construc­tion inache­vée de cet immense projet. La Rotonde y était, armée de son casque et ses bottes de construc­tion.

Prévu avant le prin­temps 2018, l’édi­fice a été commandé par trois clients prin­ci­paux: la Cour des Arts, la Gale­rie d’arts d’Ot­tawa (GAO) et le Dépar­te­ment de théâtre de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (U d’O). Après 10 ans de plani­fi­ca­tion, l’in­fra­struc­ture ouvrira ses portes à temps pour le Fringe Festi­val de juin 2018 et pour la rentrée scolaire des étudiants de théâtre uotta­viens.

L’U d’O sous le feu de la rampe

Après un bref entre­tien au sujet des nouveaux locaux avec M. Sylvain Schry­burt, direc­teur du Dépar­te­ment, il semble­rait que ceux-ci compren­dront quatre nouvelles salles de cours et une boîte noire avec une passe­relle de son et lumière au plafond. Celle-ci sera à la fine pointe de la tech­no­lo­gie, « ce qui n’est pas néces­sai­re­ment le cas avec la Salle Acadé­mique et le Studio Léonard Beaulne » commente Méla­nie Théve­naz, en dernière année de Bacca­lau­réat en théâtre.

« Bien souvent l’ins­pi­ra­tion peut venir de toutes sortes de médiums, et les arts visuels en sont un grand vecteur. D’être dans le même édifice que la Gale­rie d’art, c’est une chance pour les étudiants. Ça permet de rappro­cher deux formes d’arts », affirme l’étu­diante.

Un inves­tis­se­ment artis­tique monstre

Véro­nique Couillard, la gestion­naire des commu­ni­ca­tions, mentionne que « le coût total du projet d’agran­dis­se­ment de la GAO et de réamé­na­ge­ment de la Cour des arts incluant l’hô­tel et les condo­mi­niums [a été fixé à] 100 millions de dollars cana­diens ». Sans les condo­mi­niums, le tout s’élève à 34 millions de dollars. Un tel finan­ce­ment a été rendu possible grâce à certaines initia­tives telles ART ICI, qui a amassé plus de 5 millions de dollars pour le projet. Le soutien des gouver­ne­ments provin­cial et fédé­ral a égale­ment contri­bué à la majo­rité du projet.

La nouvelle Gale­rie d’arts d’Ot­tawa, qui se terrait aupa­ra­vant dans l’en­ceinte du bâti­ment de la Cour des Arts, s’épa­nouira sur une surface cinq fois supé­rieure à sa surface actuelle. Mme Alexan­dra Badzak, direc­trice de la GAO, mention­nait avant la visite que, contrai­re­ment aux autre gale­ries tradi­tion­nelles, la GAO se construit en s’ou­vrant sur l’ex­té­rieur urbain de la ville, notam­ment avec ses nombreuses fenêtres. La GAO demeure fermée durant la construc­tion, mais évolue à l’ex­té­rieur de l’en­ceinte des anciens bâti­ments avec son projet Hors murs.