La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter

Publié le jeudi, 6 juillet 2017

Les entre­prises éthiques d’Ot­tawa à portée de main

Sports et bien-être

Par : Myriam Bour­deau-Potvin – Rédac­trice en chef

« On a d’abord commencé ce projet pour régler nos propres problèmes, puisque nous trou­vions diffi­cile de trou­ver des produits végé­ta­riens et équi­tables, alors on l’a bâti pour nous. On s’est demandé : comment peut-on rendre notre vie plus facile? Nous savons que plusieurs personnes avaient le même problème que nous, donc le régler pour nous était aussi un moyen de le régler pour les autres », se souvient Frank Ferris, ancien étudiant de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa à l’ori­gine d’Ethi­cal Tree.

Une initia­tive étudiante

L’idée est née à même le campus grâce à l’al­liance de deux étudiants, Frank Ferris et Siavash Ghaz­vi­nian, suite à leur impli­ca­tion au sein de l’As­so­cia­tion Étudiante des Études Inter­na­tio­nales et Poli­tiques (AÉÉIP). « Nous avons toujours été tous les deux passion­nés par la consom­ma­tion éthique », explique Ferris, « je me suis dit que ce serait génial s’il y avait une façon facile de trou­ver les endroits qui encou­ragent le commerce équi­table à Ottawa ». Il ajoute égale­ment qu’en « étant étudiants en sciences sociales, nous savions que la tendance de l’in­té­rêt pour le commerce équi­table, végé­ta­risme et végé­ta­lisme et surtout pour l’in­té­rêt local sont à la hausse chaque année »

Les débuts n’ont pas été de tout repos, selon Ghaz­vi­nian : « Frank a commencé à mettre en place notre site web, sauf que la base de program­ma­tion que nous avions datait de notre onzième et douzième année ». Main­te­nant gradués de l’Uni­ver­sité, ils ont demandé à Willy Collins de se joindre à l’équipe pour leur appor­ter le soutien tech­nique dont ils avaient besoin pour propul­ser le projet. Ainsi est né Ethi­calT­ree, un réper­toire web de toutes les entre­prises d’Ot­tawa qui répondent à un ou plusieurs critères d’achats respon­sable. Leur initia­tive connaît depuis le début de 2017 un succès notable. Ferris explique que « notre entre­prise a pris vrai­ment de l’am­pleur depuis janvier dernier, puisque main­te­nant il [Ghaz­vi­nian] travaille sur Ethi­calT­ree à temps plein ».

Regrou­per les critères sous une même adresse

« Nous voulions commen­cer plus petit et mettre notre éner­gie sur un seul aspect, pour offrir un produit qui corres­pon­dait à un besoin plus spéci­fique ; dans notre cas c’était ceux des végé­ta­riens et végé­ta­liens » formule Ferris, lui-même végé­ta­rien. « Par la suite, nous avons ajouté les commerces équi­tables, ceux appar­te­nant à des femmes et les commerces [offrant des produits] orga­niques »

Le but selon Ferris « n’est pas de dire ce qui est éthique et ce qui ne l’est pas. Nous voulons rendre l’in­for­ma­tion acces­sible parce que nous compre­nons que d’ache­ter éthique­ment veut dire diffé­rente chose pour diffé­rentes personnes. » À cela, Ghaz­vi­nian ajoute qu’ils veulent aussi permettre aux gens de décou­vrir diffé­rentes façons d’ache­ter éthique­ment. « On essaie de rassem­bler tous ces critères pour les révé­ler au même endroit central. » L’idée à long terme est de permettre les compa­rai­sons entre entre­prises pour permettre aux consom­ma­teurs de faire un choix éclairé.

Les jeunes entre­pre­neurs veulent aller encore plus loin et ajou­ter plus de critères de sélec­tion éthique telles que l’ac­ces­si­bi­lité et les choix qui respectent l’en­vi­ron­ne­ment. Ils ont aussi l’am­bi­tion de permettre aux utili­sa­teurs de person­na­li­ser leur recherche en créant des recom­man­da­tions spéci­fiques à chaque utili­sa­teur, allant même jusqu’à trier des commen­taires et critiques d’autres utili­sa­teurs semblables pour que les plus perti­nents soient mieux visibles. Ils promettent l’ou­ver­ture de leur nouveau site web à la fin de l’an­née, au plus tôt en septembre.

Consom­mer éthique­ment sur le campus

deuxième version ethical tree 002

Ferris rappelle que « L’Uni­ver­sité d’Ot­tawa est certi­fiée équi­table, donc tous les cafés trou­vés sur le campus (sauf pour les entre­prises privées comme Star­bucks et Tim Hortons) sont équi­tables. Ça inclus la café­té­ria, le Pivik, le Café Alt et le 1848 ont tous du thé et du café équi­table. Le café Nostal­gica aussi est un excellent endroit pour les options végé­ta­riennes/végé­ta­liennes. »

Sur leur liste de recom­man­da­tions figure égale­ment le Perfec­tion-Satis­fac­tion-Promise, un restau­rant végé­ta­rien appar­te­nant à une femme qui offre des options orga­niques et équi­tables situé sur Laurier. Ferris met en lumière un endroit peu connu des étudiants, mais qui fait sensa­tion auprès des végé­ta­riens, le Govin­da’s Vege­ta­rian Buffet au coin de Sumer­set Est et l’ave­nue Hender­son. « Il ont un menu très abor­dable, ce qui peut parfois être diffi­cile dans un contexte de consom­ma­tion éthique. »