La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter
Infographique-WEB

Publié le lundi, 20 mars 2017

Hausse sala­riale avor­tée : L’exé­cu­tif de la FÉUO est-il vrai­ment à plaindre?

Actua­li­tés

Par Nico­las Hubert – Jour­na­liste

Le dimanche 12 mars, le Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion (CA) de la Fédé­ra­tion étudiante de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (FÉUO) rati­fiait la motion 8.2, défen­dant une majo­ra­tion de 18 % du salaire annuel des membres de l’exé­cu­tif de 33 550 $ à 39 750 $. Cette motion a néan­moins été suspen­due par l’As­sem­blée géné­rale du 14 mars dernier, suite à une mobi­li­sa­tion étudiante sans précé­dent. Un amen­de­ment à la motion y a été adopté et fait en sorte qu’à l’ave­nir, toute augmen­ta­tion du salaire des membres de l’exé­cu­tif devra s’ac­com­pa­gner d’une augmen­ta­tion propor­tion­nelle du salaire des employ.é.s de la FÉUO.

Alors que la FÉUO se trouve dans une situa­tion finan­cière précaire, que l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum à 15 $ sur le campus a récem­ment été reje­tée par le CA, que les fonds alloués aux clubs ont été suspen­dus pour l’an­née et que le vice-président aux finances Rizki Rachiq répète depuis plusieurs mois que la Fédé­ra­tion doit adop­ter un budget de survie, la motion 8.2 récem­ment présen­tée a suscité de nombreuses inter­ro­ga­tions. Comment le salaire de l’exé­cu­tif féuo­sien se compare-t-il avec celui d’autres asso­cia­tions étudiantes au pays? La Rotonde répond à cette ques­tion.

 

Opacité quasi géné­ra­li­sée sur la rému­né­ra­tion des exécu­tifs

Si certaines asso­cia­tions font preuve de la plus grande trans­pa­rence en expli­ci­tant au sein de leurs règle­ments et de leurs consti­tu­tions le nombre d’heures hebdo­ma­daires de travail et les salaires annuels des membres de leur exécu­tif, ce type d’in­for­ma­tion demeure souvent opaque et est rare­ment rendu public.

Ainsi, alors que cette infor­ma­tion ne semble figu­rer nulle part le site de la FÉUO, l’As­so­cia­tion étudiante de l’Uni­ver­sité McGill (AÉUM) affiche direc­te­ment le contrat que les membres doivent signer pour un salaire annuel de 30 094,73 $ et soixante heures de travail hebdo­ma­daire.

Du côté du Syndi­cat des étudiants et étudiantes de Concor­dia (CSU), on précise que le salaire annuel de l’exé­cu­tif ne doit pas être infé­rieur au seuil de pauvreté établi par le gouver­ne­ment québé­cois, mais on précise égale­ment les péna­li­tés finan­cières auxquelles s’ex­posent les membres de l’exé­cu­tif en cas de manque­ment à leurs obli­ga­tions.

 

Mutisme de la FÉUO

Il est égale­ment éton­nant de se confron­ter au mutisme de la FÉUO à ce sujet. Le vice-président au service et aux commu­ni­ca­tions, Fran­cesco Caruso, a en effet indiqué à La Rotonde qu’il devait se concer­ter avec Rachiq avant de faire parve­nir des infor­ma­tions concer­nant l’évo­lu­tion du salaire des membres de l’exé­cu­tif, du taux horaire des employé.e.s de la FÉUO et de la situa­tion finan­cière géné­rale de la FÉUO. Aucune réponse n’a pu être obte­nue à date de publi­ca­tion.

P06_Infographique