La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter

Publié le lundi, 20 mars 2017

Semaine annuelle de sensi­bi­li­sa­tion sur l’Is­lam

Actua­li­tés

Par Zaka­ria Hadjadj – Contri­bu­teur

Du 13 au 17 mars avait lieu la Semaine de sensi­bi­li­sa­tion annuelle sur l’Is­lam. Orga­ni­sée par l’As­so­cia­tion des étudiant.e.s musul­man.e.s de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (AEMUO), divers évène­ments ont attiré des centaines de personnes au pavillon UCU. Plus d’une centaine de béné­voles étaient égale­ment présent.e.s afin d’ani­mer des ateliers et d’in­for­mer la commu­nauté univer­si­taire sur de nombreux enjeux.

Un évène­ment longue­ment plani­fié

Selon Filsan Nour, une des respon­sables de la Semaine, l’or­ga­ni­sa­tion de l’évè­ne­ment a débuté en octobre dernier et plus de 120 béné­voles y ont parti­cipé. La Semaine de sensi­bi­li­sa­tion sur l’Is­lam est en effet le plus grand évène­ment orga­nisé par l’AEMUO, avec les soirées d’if­tar ayant lieu durant le mois de Rama­dan.

Ayant pour thème géné­ral l’équi­libre, Nour explique : « Je voulais qu’on se concentre sur les façons de balan­cer notre reli­gion avec nos études et nos respon­sa­bi­li­tés parce que selon moi, c’est un sujet qui nous relie tous. »

Contexte parti­cu­lier pour la commu­nauté musul­mane  

Après l’at­ten­tat terro­riste de Sainte-Foy, à Québec et les propos isla­mo­phobes tenus par l’oc­cu­pant actuel de la Maison-Blanche, il faut dire que l’évè­ne­ment orga­nisé par l’AEMUO prenait place dans un contexte poli­tique parti­cu­liè­re­ment chargé.

Nour, née et élevée à Montréal, est d’ori­gine soma­lienne. Les ressor­tis­sants de son pays d’ori­gine sont ciblés par le décret anti-immi­gra­tion de Donald Trump. L’étu­diante a tenu à souli­gner la soli­da­rité ayant été expri­mée par l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa dans les derniers mois, citant notam­ment la présence du recteur Jacques Frémont lors d’évè­ne­ments de soli­da­rité orga­ni­sés par l’AEMUO.

Des ateliers pour tous les goûts

Pendant toute la semaine, la commu­nauté univer­si­taire avait accès à plusieurs tables qui présen­taient de nombreux ateliers portant sur le Coran comme sur le fémi­nisme musul­man.

Une table était en effet réser­vée aux femmes musul­manes afin que celles-ci puissent faire valoir leur impor­tance dans la société. Le public était d’ailleurs invité à poser ses ques­tions, auxquelles des béné­voles de tous les hori­zons se sont fait une joie de répondre.

Des versions du Coran traduites en français comme en anglais étaient égale­ment distri­buées aux côtés d’une petite table surnom­mée « Thé Balance », où on offrait du thé aux indi­vi­dus qui souhai­taient discu­ter plus longue­ment. Cet atelier, comme tous les autres, sert ainsi la mission de la Semaine de sensi­bi­li­sa­tion annuelle sur l’Is­lam, soit de favo­ri­ser le vivre ensemble en favo­ri­sant le dialogue; une mission qui prend toute son impor­tance dans le contexte actuel.