Inscrire un terme

Retour
Actualités

Chronique – Je ne comprendrai jamais la guerre

Actualités
20 novembre 2012

– Par Caroline Ramirez –

Je n’en peux plus de chercher à comprendre les raisons, les enjeux et les origines du conflit israélo-palestinien. Cette guerre, commencée 40 ans avant ma naissance et toujours pas terminée aujourd’hui – au point que je me demande parfois si elle ne sera pas éternelle –, m’a fait expérimenter tout un tas d’émotions, depuis l’indignation à la résignation, en passant par un grand découragement.

Aujourd’hui, je prends seulement connaissance des bilans des derniers affrontements, désespérant chaque fois un peu plus de voir l’Organisation des Nations unies (ONU) intervenir un jour. Je suis écœurée, épuisée mais, surtout, déçue.

Machiavel a écrit : « Une guerre est juste quand elle est nécessaire ». Comment déterminer le caractère nécessaire de la guerre ? Et comment savoir si la raison qui justifiait à une époque la guerre n’est pas aujourd’hui dérisoire, particulièrement une fois constat fait des atrocités dont elle est l’origine ?

Dans le meilleur des mondes possibles, la guerre est nécessaire quand elle est juste, et non l’inverse. Dans le meilleur des mondes possibles, la justice passe avant les petits arrangements entre pays amis. Dans le meilleur des mondes possibles, l’ONU serait intervenue depuis bien longtemps.

C’est en suivant ce conflit que j’ai compris que la notion de justice était bien relative et que, pour beaucoup, il était facile de faire semblant de croire à des justifications fallacieuses, si tant est qu’elles soient émises par un interlocuteur puissant. Ces justifications sont d’ailleurs de moins en moins nécessaires puisqu’il semble que personne ne sera de toute façon assez courageux et épris de justice pour arrêter ce gâchis, qui s’évalue en pertes humaines…

L’Union juive française pour la paix a publié un communiqué sur son site internet le 15 novembre dernier. Elle y fait le bilan chiffré des affrontements les plus récents. Depuis le 15 janvier 2009, entre 4 et 7 Israéliens ont été tués par des tirs de roquette et 300 Palestiniens par un des raids israéliens. Si on remonte un peu plus loin dans le temps, depuis le 29 septembre 2000, 61 Israéliens ont été tués par des tirs de roquette et 4660 Palestiniens à Gaza par l’armée israélienne.

Je ne trouve rien à dire devant ces chiffres étourdissants… Une guerre peut-elle être nécessaire au point de justifier tant de morts, pour la plupart civiles? À la formule de Machiavel, je préfère celle de l’écrivain allemand Thomas Mann : « War is only a cowardly escape from the problems of peace »*.

*« La guerre n’est rien d’autre qu’une fuite peureuse devant les problèmes de la paix. »

À voir : Peace, Propaganda and the Promised Land

À lire : Chroniques de Jérusalem, du bédéiste Guy Delisle

Inscrivez-vous à La Rotonde gratuitement !

S'inscrire