La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter

Publié le lundi, 13 février 2017

Bien qu’i­nad­mis­sibles au programme, deux membres de l’exé­cu­tif s’oc­troient des U-Pass gratuites

Actua­li­tés

Par Yasmine Mehdi – Cheffe de pupitre Actua­li­tés

LA FÉUO FAIT L’OBJET D’UNE ENQUÊTE

« C’est le secret de Poli­chi­nelle de la FÉUO », révèle une source anonyme. D’après des infor­ma­tions obte­nues par La Rotonde, qui n’ont été qu’en partie confir­mées offi­ciel­le­ment, deux membres de l’exé­cu­tif de la Fédé­ra­tion étudiante de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (FÉUO) se seraient imprimé des U-Pass gratui­te­ment, bien qu’i­nad­mis­sibles au programme. Hadi Wess, vice-président aux affaires sociales, et Vanessa Dori­main, vice-prési­dente aux affaires univer­si­taires, pour­raient-ils couter à l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa son parte­na­riat avec la OC Transpo?

« Tout le monde savait »

Si une source proche du dossier a affirmé à La Rotonde que la rumeur courait dans les couloirs de la Fédé­ra­tion depuis plusieurs semaines déjà, les personnes ayant accepté de commen­ter l’af­faire anony­me­ment se comptent sur les doigts d’une main.

À en juger par plusieurs témoi­gnages, Wess et Dori­main se seraient fait impri­mer des cartes sans s’ac­quit­ter, comme la plupart des autres étudiant.e.s, de la coquette somme de 395 $. Non seule­ment les élu.e.s auraient béné­fi­cié d’une U-Pass gratui­te­ment, mais en tant qu’é­tu­diants à temps partiel, ceux-ci ne sont pas même admis­sibles au programme de lais­sez-passer univer­sel.

Préci­sons par la même occa­sion qu’à titre de vice-prési­dente aux affaires univer­si­taires, Dori­main est respon­sable du programme U-Pass.  À en juger par les résul­tats non-offi­ciels des dernières élec­tions géné­rales, publiés sur la page Face­book de la FÉUO le 10 février dernier, tout porte à croire que Wess sera porté à la tête de l’exé­cu­tif féuo­sien pour l’an­née 2017–2018.

Contacté.e.s par cour­riel et par télé­phone, les deux prin­ci­paux inté­res­sés n’ont pas répondu aux multiples demandes d’en­tre­vue de La Rotonde.

Fran­cesco Caruso, vice-président aux commu­ni­ca­tions, a quant à lui trans­mis la décla­ra­tion suivante : « Une enquête est présen­te­ment en cours par le Comité disci­pli­naire du Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. Pour cette raison, nous ne pouvons pas porter de commen­taires à ce sujet pour le moment. Toute infor­ma­tion à cet égard sera parta­gée par le Comité une fois que son enquête sera termi­née. »

Quand l’U d’O et OC Transpo s’en mêlent

Si le Comité disci­pli­naire de la FÉUO a jugé perti­nent de se pencher sur l’af­faire, c’est égale­ment le cas de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa et d’OC Transpo. Isabelle Mailloux-Pulkin­ghorn, gestion­naire aux rela­tions médias, a confirmé à La Rotonde qu’une enquête était menée par l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa, sans donner plus de détails.

Pat Scrim­geour, direc­teur du service à la clien­tèle de la OC Transpo, a pour sa part déclaré : « Soyez assuré qu’OC Transpo prend cette situa­tion au sérieux. Nous avons en effet entamé une enquête dès que nous avons été infor­més de la situa­tion. Cette enquête présen­te­ment en cours est menée en colla­bo­ra­tion avec nos parte­naires de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa et de la Fédé­ra­tion étudiante de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa. »

Scrim­geour a égale­ment tenu à rappe­ler qu’il était néces­saire que « les objec­tifs du programme U-Pass soient respec­tés afin que les milliers d’étu­diants à temps plein admis­sibles puissent béné­fi­cier d’un service de trans­port ».

Ainsi, plusieurs sources anonymes ont confié à La Rotonde qu’ils s’inquié­taient de voir la OC Transpo rééva­luer son parte­na­riat avec l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa en raison de ces allé­ga­tions.

En atten­dant que plus d’in­for­ma­tions ne soient rendues publiques, une ques­tion essen­tielle demeure sans réponse : Wess et Dori­main ont-ils remis leur U-Pass? En effet, inter­ro­gés à ce sujet, les repré­sen­tants d’OC Transpo ont préféré s’abs­te­nir de commen­ter. À croire qu’à l’U d’O, tous les moyens sont bons pour ne pas avoir à passer des heures en ligne afin d’ob­te­nir léga­le­ment sa carte d’au­to­bus.