Inscrire un terme

Retour
Sports

Les Gee-Gees prêt.e.s à retourner à l’eau

Crédit visuel : Archives 

Article rédigé par Nisrine Nail – Journaliste

Durant le mois de mai, l’entraîneur-chef de l’équipe de natation des Gee-Gees a annoncé les recrues pour l’année 2021-2022 sur les réseaux sociaux. La Rotonde fait un survol de l’année précédente et un compte-rendu du recrutement des nouveaux.elles nageur.euse.s.

L’entraîneur-chef de l’équipe de natation Dave Heinbuch avoue que l’année fut difficile pour l’équipe de natation en raison du manque de structure, de compétition et de championnat. Il partage que la motivation fluctuait au courant de l’année, mais que l’équipe a fait de son mieux pour surmonter la démotivation occasionnelle. Heinbuch souligne que malgré tout, ces efforts ne pouvaient remplacer une année «normale». 

Retour sur l’année écoulée

Certain.e.s membres de son équipe se sont entraîné.e.s durant l’année afin de participer aux sélections olympiques de natation du Canada. Les sélections olympiques se dérouleront à Toronto du 19 au 23 juin. Cet événement permet de sélectionner les représentant.e.s de l’équipe canadienne de natation pour les Jeux olympiques de Tokyo. Heinbuch se considère chanceux que l’Université d’Ottawa ait ouvert la piscine au courant de l’année afin que les athlètes puissent se préparer. Pourtant, il mentionne que ce sont seulement les nageur.euse.s participant aux sélections olympiques qui ont nagé toute l’année.

 L’équipe a organisé «La Semaine internationale des Gee-Gees», inspirée de la Ligue internationale de natation. Heinbuch explique que les entraîneur.euse.s ont séparé l’équipe en quatre et ces groupes se sont affrontés lors de trois compétitions internes. Selon l’entraîneur-chef, cet événement a eu beaucoup de succès auprès de l’équipe, leur permettant d’oublier leurs soucis causés par la pandémie.

«Nous avons eu la chance cette année d’avoir un entraîneur de performance mentale qui a travaillé avec l’équipe pour la première fois, ce qui a été un énorme coup de pouce pour nous. Il a été en mesure d’aider les nageur.euse.s et de donner des conseils aux entraîneur.euse.s dans le but de traverser les périodes difficiles», ajoute Heinbuch.

Recrutement de la cohorte 2021-2022

En dépit d’une année ardue, Heinbuch déclare que le recrutement a été l’un des principaux points positifs de cette année. «Les appels de zoom ont été vraiment efficaces. Nous avons discuté avec plus de 60 recrues cette année partout au Canada», affirme l’entraîneur-chef.

L’un des objectifs en matière de recrutement était de promouvoir l’équipe. Ce qui fut un succès selon lui, puisqu’il ne s’attendait pas au taux de réponses obtenues : «Normalement, si nous parlons à dix recrues, nous pourrions avoir deux ou trois recrues pour rejoindre l’équipe. Cette année, nous avons eu huit ou neuf [recrues] du côté des hommes et des femmes qui ont accepté nos offres». 

Heinbuch n’a pas d’explication pour ce taux élevé de réponses. Il se demande si la cause est liée à la pandémie, si Mackenzie Finkbeiner, la coordinatrice de recrutement, et lui ont mieux «vendu» l’équipe qu’auparavant ou si c’est en raison du succès de l’équipe… «Quoi que ce soit, on le prendra», se réjouit-il.

L’entraîneur-chef avait aussi comme cible de recruter des nageur.euse.s qui avaient presque, ou avaient déjà, obtenu le temps qualifié des Championnats des USports. D’après Heinbuch, c’est une réussite, surtout du côté des femmes. Cinq ou six nageuses avaient des temps de qualification du niveau de USports, du «jamais vu auparavant», s’exclame-t-il. Du côté des hommes, ils sont trois à avoir atteint des temps de ce niveau. «Nous avons reconstruit l’équipe pour les quatre à cinq prochaines années et c’est le vrai positif pour nous», exprime l’entraîneur-chef.

Témoignages des nageur.euse.s 

Initialement, Arianna Miller avait planifié de continuer à nager aux États-Unis. À cause de la pandémie, ses plans ont dû changer. La nageuse a entendu parler des Gee-Gees à travers son entraîneur. Celui-ci lui a informé que l’équipe grise et grenat était en plein essor. Elle a alors décidé d’appliquer comme recrue pour l’année 2021-2022. 

Selon Miller, c’était la meilleure décision puisque l’équipe de cette année est «superbe» et elle lui donnera l’opportunité de participer à de plus grandes compétitions. Malgré qu’elle soit incertaine en ce qui concerne le déroulement des compétitions en raison de la COVID-19, Miller a hâte de faire partie de l’équipe universitaire des Gee-Gees et de rivaliser avec eux.  

Willow Cherewaty a eu la possibilité de rencontrer Heinbuch et Finkbeiner en personne. Leur accueil et leur bienveillance l’ont encouragé à rejoindre les Gee-Gees. Pour elle, une équipe de natation est comme une famille. Elle espère que l’année prochaine, l’équipe pourra s’entraîner ensemble afin de retrouver ce sentiment familial. «Être ensemble permet à l’équipe de prospérer encore plus, parce que tout le monde s’encourage et se soutient», signale-t-elle. La nageuse ajoute que vouloir le meilleur de l’équipe permet en outre d’atteindre des objectifs personnels.

Jack Haycock, ayant rejoint l’équipe en 2020, est en accord pour dire que la pandémie a eu un impact sur sa motivation. Il soutient que les «merveilleux» capitaines avaient un important rôle à jouer à ce niveau. Le nageur raconte que ce fut bénéfique pour sa santé mentale de pouvoir continuer de s’entraîner au courant de l’année.

Heinbuch accueille un total de 20 recrues pour l’année 2021-2022 : Margaret Quinn, Abby McKinley, Bryce Baker, Jakob Mbobela, McKenna Spurrell, Amy Meharg, Colin Shearer, Jackson Mailloux, Rachel McInnes, Isabelle Dearnaley, Evan Aguiar-Winter, Alex Strople, Taylor Elliott, Maiya Dalton, Sam Greenshields, Craig Bush, Arianna Miller, Ryan Jensen, Sabine Ellison et Willow Cherewaty.

Inscrivez-vous à La Rotonde gratuitement !

S'inscrire