La Rotonde
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter
vetstour_web-copy

Publié le lundi, 17 octobre 2016

Vet’s Tour : « It’s Not Peer-Pres­sure, It’s Just Your Turn »

– Par Yasmine Mehdi –

Le 8 septembre dernier avait lieu à Gati­neau une soirée d’in­té­gra­tion orga­ni­sée par des membres de l’équipe des Jeux de la commu­ni­ca­tion de l’Uni­ver­sité du Québec en Outaouais (UQO). Le lende­main matin, les étudiants concer­nés se réveillaient avec une sérieuse gueule de bois alors que les médias relayaient massi­ve­ment l’his­toire des « Douze travaux d’Her­cule », une liste de défis à carac­tère sexuel que les étudiants devaient rele­ver afin de marquer des points. S’en est suivi un véri­table séisme média­tique : poli­ti­ciens, cher­cheurs et chro­niqueurs ont tous eu leur mot à dire sur cet énième inci­dent révé­la­teur du fléau de la culture du viol sur les campus univer­si­taires.

À quelques kilo­mètres de là, l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa se cloî­trait dans le silence, elle qui a déjà connu son lot de scan­dales de violence sexuelle. Et si l’ins­ti­tu­tion otta­vienne avait sa propre version des Douze travaux d’Her­cule ? Et si un évène­ment semblable était orga­nisé pour les leaders étudiants du campus par l’As­so­cia­tion des étudiants en sciences depuis des années ? Enquête sur Vet’s Tour, le secret le mieux gardé de la sphère poli­tique étudiante, qui ouvre la porte à tous les excès.  

 
De 2003 à aujourd’­hui, #LetsGetNa­ked

Qu’est-ce que le Vet’s Tour ? Orga­nisé chaque automne par l’As­so­cia­tion des étudiants en Science (AÉS), ce pub crawl regrou­pe­rait une dizaine d’équipes, repré­sen­tant chacune une asso­cia­tion étudiante. Chaque équipe comp­te­rait huit ou dix membres, en plus d’un arbitre, chargé de comp­ta­bi­li­ser les points. Ainsi, au total, c’est entre 80 et 120 personnes qui parti­ci­pe­raient à chaque édition.

Lors de l’évè­ne­ment, une liste de plusieurs pages, dans laquelle on peut lire des défis auxquels sont asso­ciés des points, est remise aux équipes. Selon les témoi­gnages de nombreux parti­ci­pants d’édi­tions précé­dentes, la liste compor­te­rait des défis bon enfant, comme marcher dans les rues du marché By en portant un co-équi­pier sur ses épaules ou encore manger un shawarma en une minute trente, mais aussi des pratiques d’ordre sexuel parmi lesquels : avoir des rapports sexuels dans un lieu donné, se faire percer le clito­ris, manger un beigne déposé autour du pénis d’un co-équi­pier , échan­ger du liquide éjacu­la­toire par voie buccale, ,ou encore mettre son pénis sur le comp­toir d’un McDo­nald’s et comman­der à la cais­sière un Super Size Me.

Les parti­ci­pants seraient pour la plupart impliqués en poli­tique étudiante : membres de l’exé­cu­tif d’un corps fédéré, anciens guides de la semaine 101 ou encore amis d’amis. Le cercle Vet’s Tour serait assez hermé­tique et les parti­ci­pants triés sur le volet, du moins à en juger par les nombreux témoi­gnages recueillis.

L’an­née de nais­sance du Vet’s Tour reste à ce jour indé­ter­mi­née. Si toutes les personnes inter­ro­gées sont d’ac­cord pour affir­mer que l’évè­ne­ment existe depuis de nombreuses années, une source près du milieu des corps fédé­rés a déclaré : « Je connais une des personnes qui a créé Vet’s Tour avec ses amis, il y a long­temps, en 2003.  Cette personne a obtenu son diplôme, a fait autre chose, et est ensuite retour­née aux études pour apprendre que l’évé­ne­ment exis­tait toujours. »

Je connais une des personnes qui a créé Vet’s Tour avec ses amis, il y a long­temps, en 2003. Cette personne a obtenu son diplôme, a fait autre chose, et est ensuite retour­née aux études pour apprendre que l’évé­ne­ment exis­tait toujours

– Source anonyme, proche du milieu des corps fédé­rés

Sur les réseaux sociaux, des preuves de l’exis­tence du Vet’s Tour s’ac­cu­mulent égale­ment. En septembre 2007, un album photo titré « This album begs the Q, how many time did I get nkd ? Vets Tour ’07 » et conte­nant des photos de parti­ci­pants désha­billés a été publié sur Face­book. Des tweets remon­tant à 2012 font par ailleurs mention de l’évé­ne­ment, et emploient les mots-clic #LetsGetNa­ked et #JustAddAl­co­hol.

vets_tour_fb

Photo publiée le 8 octobre 2016 sur Face­­book par un des parti­­ci­­pants du VET’S TOUR 2016, sur laquelle on aperçoit la liste des défis.

 

Édition 2016 : Récit d’une soirée mouve­men­tée*

Le 7 octobre dernier, vers 17 h 30, le pavillon Marion de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa est en pleine effer­ves­cence. Des étudiants arbo­rant fière­ment des t-shirts Vet’s Tour se rassemblent pour se prépa­rer à la soirée à venir, du moins à en juger par la bouteille de Jack Daniels que tient un des parti­ci­pants.

Vers 19h, les t-shirts commencent petit à petit à enva­hir le marché By. Parmi eux, des visages connus de la poli­tique étudiante : de l’As­so­cia­tion des étudiants en science, certes, mais aussi de l’As­so­cia­tion étudiante de la Faculté des Arts, de l’As­so­cia­tion des étudiants en psycho­lo­gie et de l’As­so­cia­tion des étudiants en science infor­ma­tique. De petits groupes arpentent la rue Dalhou­sie, liste à la main, chan­dails déchi­rés (un des défis). Premier arrêt : le Patty Boland’s, un pub de la rue Clarence. Lorsque les parti­ci­pants le désertent près d’une heure plus tard, deux barmaids nettoient les dégâts. « Je pense que j’ai vu deux personnes se four­rer sur la piste de danse », glousse l’un d’eux, qui explique ne pas en être à son premier Vet’s Tour.

Prochain bar sur la liste, le Red Lion, aussi sur la rue Clarence. Au fond de l’éta­blis­se­ment, derrière d’épais rideaux, une salle y a aussi été priva­ti­sée. En écar­tant les rideaux, on constate que la grande majo­rité des parti­ci­pants sont nus ou en sous-vête­ments. En regar­dant une liste du coin de l’œil, on comprend vite pourquoi : les points alloués pour chaque défi sont quadru­plés si le parti­ci­pant est en sous-vête­ment et décu­plés s’il est nu. Parmi les dizaines de défis listés, on dénote : manger des poils pubiens en faisant des bruits de nature sexuelle, pour 1000 points.

Dans les toilettes du Red Lion, des échos de conver­sa­tion peuvent être enten­dus. Une parti­ci­pante essaie de convaincre sa co-équi­pière d’avoir un rapport sexuel avec leur juge, un défi qui rappor­te­rait plusieurs points sur la liste « Honnê­te­ment, je ne sais pas. C’est trop slutty pour moi », murmure-t-elle. « Fais-le, il est beau en criss », rétorque l’autre. Le juge demande à la fille si elle a un préser­va­tif ou si elle prend la pilule; elle lui répond par la néga­tive. L’autre co-équi­pière finit par suggé­rer au juge de « lui mettre dans les fesses ». Ils sont inter­rom­pus lorsqu’une autre juge leur annonce qu’ils doivent se rendre au prochain bar. À aucun moment le consen­te­ment n’a été discuté. Ainsi, bien qu’une phrase à ce sujet figu­re­rait sur la liste, elle semble­rait avoir été rapi­de­ment oubliée dans le feu de l’ac­tion et sous l’ef­fet de l’al­cool.

Il est 21h quand les t-shirts blancs se rendent au Bour­bon Room de la rue Dalhou­sie. Contrai­re­ment au Patty Boland’s et au Red Lion, l’en­droit semble entiè­re­ment priva­tisé. À ce stade de la soirée, la plupart des parti­ci­pants semblent en état d’ébriété avan­cée, et peu portent encore des vête­ments. Sur les tables, on peut aper­ce­voir une bouteille de lubri­fiant à côté d’une bouteille de crème fouet­tée en aéro­sol. Une fille très légè­re­ment vêtue est allon­gée alors que des parti­ci­pants se livrent à une séance de body shot. Deux personnes nues sont enve­lop­pées dans du papier cello­phane. La soirée finit éven­tuel­le­ment par tirer à sa fin et les listes sont, comme le veut la tradi­tion, détruites.

Photo prise le soir du 7 octobre 2016 dans les toilettes du Red Lion’s.

 

Un consen­te­ment à demi-mesure

Chaque année, les parti­ci­pants doivent signer un docu­ment faisant office de décharge en plus de payer des frais qui avoi­si­ne­raient les 15$. La Rotonde a obtenu la version 2015 de ce docu­ment, qui demande aux parti­ci­pants de four­nir des infor­ma­tions sur leur état de santé et qui stipule qu’ils pour­raient « souf­frir de dommages corpo­rels, de mala­die, ou même de mort et de pertes maté­rielles », mais qu’ils ne pour­sui­vraient pas la Fédé­ra­tion étudiante de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (FÉUO) ou l’AÉS.

Rien, dans cette version du moins, ne fait état des acti­vi­tés à carac­tère sexuel. Diffi­cile, donc, de savoir si les parti­ci­pants qui signent ce docu­ment savent exac­te­ment dans quoi ils s’em­barquent. Ce qui est certain cepen­dant, c’est qu’au­cun d’eux n’est auto­risé à consul­ter la liste avant le coup d’en­voi de l’évé­ne­ment.

Jean-Philippe Dubé, ancien vice-président aux affaires sociales de l’As­so­cia­tion d’in­for­ma­tique et actuel repré­sen­tant étudiant au Sénat de l’U d’O, a parti­cipé au Vet’s Tour il y a quelques années. « Je pense que la majo­rité des gens qui s’ins­crivent ne comprennent pas l’objec­tif de l’évè­ne­ment. Person­nel­le­ment, je savais que ça allait être un peu plus fou que la moyenne, je savais que ça allait être une beuve­rie et on m’avait dit qu’il y aurait des défis amicaux. Ça m’a été vendu de manière un peu camou­flée par d’autres VP social, qui eux savaient exac­te­ment dans quoi ils s’em­barquaient », a déclaré Dubé.

« Je pense que la majo­rité des gens qui s’ins­crivent ne comprennent pas l’objec­tif de l’évè­ne­ment. (…) Ça m’a été vendu de manière un peu camou­flée par d’autres VP social, qui eux savaient exac­te­ment dans quoi ils s’em­barquaient. »

– Jean-Philippe Dubé, ancien parti­ci­pant du Vet’s Tour et repré­sen­tant étudiant au Sénat de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa

Cette situa­tion peut bien entendu mener à des dérives, comme l’illustre le témoi­gnage d’une parti­ci­pante à une précé­dente édition que nous appel­le­rons Pascale. Celle-ci a affirmé qu’elle n’avait « aucune idée de ce que [Vet’s Tour] était » et qu’une connais­sance l’avait invi­tée pour combler une place vacante dans son équipe, en insis­tant qu’il ne s’agis­sait que d’un pub crawl. « Je n’étais pas la seule à avoir été embarquée là-dedans sans rien savoir, il y avait une fille en première année dans la même situa­tion », s’est-elle rappe­lée.

Selon ses dires, Pascale serait restée enfer­mée dans son domi­cile le week-end suivant la tenue de l’évè­ne­ment. « Je me sentais violée, je ne voulais pas que les autres l’ap­prennent, que mon copain pense que je l’avais trompé », a-t-elle expliqué à La Rotonde. En effet, tout au long de la soirée, Pascale aurait refusé de prendre part à la plupart des défis. Ses réserves n’au­raient cepen­dant pas été prises en consi­dé­ra­tion par ses co-équi­piers, un d’entre eux l’au­rait embras­sée contre son gré, avant de lui toucher l’en­trejambe. La jeune femme aurait été contrainte de lui donner un coup de coude et de le mena­cer pour qu’il prenne ses distances. « On consi­dère que si vous êtes présente et que vous avez signé le docu­ment, vous consen­tez à n’im­porte quoi. Tout le monde se foutait que je dise non, même les juges », a-t-elle dénoncé.

« Je me sentais violée, je ne voulais pas que les autres l’ap­prennent »

Pascale, ancienne parti­ci­pante du Vet’s Tour

Pour Pascale, la pres­sion sociale de même que la consom­ma­tion exces­sive d’al­cool rendraient l’évé­ne­ment parti­cu­liè­re­ment propice aux débor­de­ments. L’an­cienne parti­ci­pante se souvient que ses co-équi­piers ne cessaient de lui deman­der de reti­rer ses vête­ments afin de gagner plus de points. Lorsqu’elle aurait essayé de les aver­tir de son inten­tion de rentrer chez elle, on l’en aurait dissua­dée sous prétexte que cela disqua­li­fie­rait l’équipe. D’après une source ayant préféré rester anonyme, un des slogans de l’évè­ne­ments aurait long­temps été « It’s not peer pres­sure, it’s just your turn [Ce n’est pas de la pres­sion sociale, c’est seule­ment ton tour] ».

vetstour_tshirt

Des t-shirts, certains déchi­rés, portés lors de l’évè­ne­ment du 7 octobre 2016.

Qui était au courant ?

Qui serait donc à blâmer pour ces dérives ? Les orga­ni­sa­teurs, donc l’AÉS ? Les parti­ci­pants, donc la majo­rité des asso­cia­tions étudiantes ? La FÉUO, censée chapeau­ter tous les corps fédé­rés ?

La réponse à cette ques­tion est complexe, puisqu’il faut d’abord déter­mi­ner quels inter­ve­nants dispo­saient de quelles infor­ma­tions. Ainsi, selon des sources proches du dossier, les corps fédé­rés tente­raient de garder l’évé­ne­ment secret, bien que bon nombre d’an­ciens membres de l’exé­cu­tif de la FÉUO aient déjà parti­cipé à des éditions précé­dentes. À ce sujet, Dubé est sans équi­voque : « La FÉUO le sait, et ça, je n’en ai aucun doute. Ils savent très bien que ce genre d’évé­ne­ment a lieu, mais ils ont une poli­tique de see no evil. » Il a égale­ment souli­gné que « l’exé­cu­tif de la FÉUO se [disso­ciait] » de tels évène­ments depuis le scan­dale ayant affecté la prési­dente Anne-Marie Roy en 2014.

« La FÉUO le sait et ça je n’en ai aucun doute. (…), mais ils ont une poli­tique de see no evil.  »

– Jean-Philippe Dubé, ancien parti­ci­pant du Vet’s Tour et repré­sen­tant étudiant au Sénat de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa

Pour sa part, Jack Bisson, proprié­taire du pub Patty Boland’s, a déclaré qu’il n’était pas au courant de l’exis­tence d’une liste quel­conque, ou de défis à carac­tère sexuel. « C’est un événe­ment privé, ils sont là pendant 45 minutes, donc on ne pose pas trop de ques­tions. D’ailleurs, peut-être que c’est pour ça qu’ils reviennent chaque année. » Bisson a par ailleurs confié qu’il n’ac­cueille­rait sûre­ment par la prochaine édition de l’évé­ne­ment, s’il y en avait une, souli­gnant qu’il préfé­rait ne pas « être asso­cié avec quelque chose comme ça. »

Du côté de l’ad­mi­nis­tra­tion de l’U d’O, bien que les chances qu’elle ait été au courant d’un événe­ment si under­ground de la sphère poli­tique étudiante soient minimes, il n’en demeure pas moins que le nom de l’ins­ti­tu­tion est asso­cié à celui du Vet’s Tour, étant donné que les orga­ni­sa­teurs de même que les parti­ci­pants à l’évé­ne­ment sont des étudiants. D’ailleurs, Pascale a révélé avoir accepté de parti­ci­per au Vet’s Tour en raison de l’étiquette uOtta­vienne qui, selon ses mots, confé­rait une « légi­ti­mité » à l’évè­ne­ment. « Pour moi, c’était une acti­vité orga­ni­sée dans le cadre univer­si­taire, si ça ne l’avait pas été, je n’y serais sûre­ment pas allée », a-t-elle déclaré.

Après avoir été un des secrets les mieux gardés de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa, le Vet’s Tour sort enfin du placard, et avec lui, de nombreuses ques­tions quant à l’ef­fi­ca­cité de la lutte contre la culture du viol sur les campus univer­si­taires.

*La Rotonde était présente lors des évène­ments décrits.

 


Ressources pour signa­ler un inci­dent de nature sexuel:
– Bureau des droits de la personne de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa – 613–562–5222
Calacs fran­co­phone d’Ot­tawa – (613) 789–8089
Ottawa-Rape-Crisis-Centre – (613) 562–2334

Pour commu­niquer avec La Rotonde : actua­li­tes@­la­ro­tonde.ca