Inscrire un terme

Retour
Opinions

Conseils, et bonnes adresses pour s’activer en février !

Crédit visuel : Valérie Soares – Photographe

Chronique rédigée par Anna Meurot – Journaliste

L’hiver continue, la neige tombe, le temps passe, mais la pandémie est toujours là. L’ordre de confinement a mis à rude épreuve le déroulement des activités physiques dites classiques de la saison. Il faut donc faire preuve de créativité et de bravoure pour rester actif.ve, et surmonter cette période froide, sombre et, plus que jamais, sédentaire.

Je n’ai peut-être jamais été une grande sportive, mais je sais aussi que je n’ai jamais aussi peu marché de ma vie que ces derniers mois. Plus besoin de me rendre au travail ni en classe, donc plus besoin de marcher ni jusqu’à la station de train ni jusqu’au campus de l’Université d’Ottawa. La grande majorité de mes trajets à pied ont tout simplement disparu de mon quotidien, jusqu’à ce que je me décide à agir. 

Redécouvrir les alentours

Un jeudi, après plusieurs jours, voire semaines, coincée à l’intérieur et souvent assise, mon moral était au plus bas. Malgré le froid, j’ai pris mon courage à deux mains, et ai décidé de sortir de chez moi. Aller marcher seule était une expérience toute nouvelle pour moi, mais ce temps avec moi-même s’est révélé bénéfique. Je me suis entendue penser, j’ai longuement respiré, j’ai pu prendre le temps de m’arrêter et de regarder autour de moi, et voir autre chose que des écrans me brûlant la rétine. J’ai aussi découvert que mon téléphone possède un compteur de pas qui me recommande d’en faire 6000 par jour. Marcher 30 minutes quotidiennement me permettrait d’atteindre déjà quasiment cet objectif.

Suite à cela, j’ai donc décidé de sortir plus régulièrement, et d’aller retrouver mes endroits préférés pendant l’été : les parcs. Tous près de chez moi à moins de quinze minutes de marche, ces grands jardins dispersés dans le voisinage sentent bon, et je le sais alors même quand le froid me givre les poils du nez. Entre les écureuils, les oies, les canards, et les mouettes, les parcs regorgent de vie. 

Allez, je vous révèle mon favori. Niché entre les rues de Nelson, Sweetland, Somerset et Templeton, à deux pas de la majorité des appartements de beaucoup d’étudiant.e.s et du campus, le parc de Sandy Hill est devenu, au cours des années, mon petit havre de paix. Même si l’été lui est plus flatteur, en raison de ses grandes marches en béton, sa piscine communautaire, sa table de tennis de table et sa jolie étendue de verdure, l’hiver lui donne de belles couleurs. Adjacent au centre communautaire de Sandy Hill, ce petit parc a même mis en place une patinoire pour la saison. Une bonne nouvelle pour celles et ceux qui ne se sentent pas encore prêt.e.s au grand plongeon sur les huit kilomètres du Canal Rideau !

Prendre le taureau par les cornes

Si aller marcher était suffisant pour moi, mon copain m’a offert une perspective plus courageuse. Coureur chevronné qui se détache en règle générale des salles de sport, il m’a avoué que l’hiver était son point faible, et qu’il troquerait bien volontiers les bords gelés du canal pour un tapis roulant. Mais lassé de son inactivité, il s’est finalement résolu à braver le froid pour retourner courir dehors ; un défi qui s’est finalement avéré bénéfique selon lui. 

De son côté, une amie m’a fait part d’une information que j’ai eu bien du mal à croire sur le coup. Il serait bel et bien possible d’aller skier, même en temps de COVID-19, sur les pistes de Camp Fortune, à Gatineau. Cela implique cependant de la préparation, et un certain budget. En effet, sans véhicule personnel, l’aller-retour en Uber ou en taxi est relativement coûteux, et la location de skis ou d’une planche à neige n’est pas gratuite non plus. De plus, l’expérience me semble tout de même risquée d’un point de vue sanitaire. Malgré de nombreuses chutes, mon amie m’a confiée avoir grandement apprécié ce moment chaleureux loin de son quotidien grisé. 

Le célèbre Canal Rideau a, quant à lui, finalement ouvert ses eaux fin janvierSi beaucoup ont peut-être déjà une vieille paire de patins au fond d’un placard, certain.e.s se sont vu.e.s bien embarrassé.e.s de ne pas pouvoir en louer, les entreprises non essentielles étant encore fermées jusqu’au 16 février. Mais pas d’inquiétudes, il est assez facile de trouver une paire de patins de seconde main sur Kijiji ou même sur Facebook, et des paires neuves peuvent être commandées en ligne pour une quarantaine de dollars. COVID-19 ou non, la patinoire hivernale d’Ottawa reste une expérience unique au monde, et il faut en profiter !

S’inspirer en quelques clics

Il est aussi tout à fait compréhensible de ne pas vouloir sortir en ce moment. Mais prendre soin de soi, c’est aussi possible depuis le confort de son appartement ! Passer constamment du lit au bureau, et d’allongé.e à avachi.e fait souffrir le corps, qui nous le fait vite comprendre avec des signaux de détresse, comme des maux de dos, ou encore des tensions dans la nuque et dans les lombaires. De simples mouvements le matin et le soir m’ont permis de forger un rituel efficace pour me sentir mieux et plus en forme.

De la position de yoga chat-vache avant de dormir, à bien s’étirer et toucher le sol pendant les pauses de la journée, nombreuses sont les solutions à m’être apparues après quelques recherches sur internet. En effet, d’innombrables ressources en ligne permettent de trouver des exercices pour détendre ses muscles, tassés par les journées interminables devant l’ordinateur. Elles sont, bien entendu, à réaliser avec précaution, de sorte à éviter des blessures ou douleurs indésirables.

N’oubliez pas pour autant que, même si la situation sanitaire vous angoisse, il est important de consulter un.e professionnel.le de la santé en cas de douleurs intenses. Beaucoup pourront même vous fournir un diagnostic par téléphone, et vous orienter vers des solutions adaptées à votre cas.

Inscrivez-vous à La Rotonde gratuitement !

S'inscrire