Inscrire un terme

Retour
Sports

L’art de planifier son horaire avec le professeur Darcy Santor

Stella Chayer Demers
22 mars 2022

Crédit visuel: Nisrine Nail – Directrice artistique

Article rédigé par Stella Chayer Demers – Journaliste

Chaque vendredi, depuis quelques semaines déjà, des conférences sur le bien-être sont données virtuellement pour les étudiant.e.s de l’Université d’Ottawa (U d’O). La série de séminaires porte sur des sujets tels que le bonheur, les techniques de respiration, la confiance et le sommeil. Le thème de la semaine dernière ? L’organisation et l’art de planifier son horaire.

Présenté par Darcy Santor, psychologue clinicien et professeur à l’École de psychologie de l’U d’O, le séminaire sur l’art de planifier se base sur des études scientifiques et explore l’impact d’un horaire sur la performance des étudiant.e.s. Santor utilise des exemples réels, tirés de ses recherches, pour expliquer comment organiser son horaire dans le but d’être le plus efficace possible.

Étendre et resserrer

Santor précise tout d’abord que, contrairement à ce que la plupart des gens assument, le nombre d’heures d’étude n’est pas indicateur des notes et de la moyenne pondérée cumulative (MPC) d’un.e étudiant.e. Il n’existe en fait qu’une relation positive très modeste selon lui ; raison pour laquelle il est important de maximiser ses heures d’étude dans le but de ne pas gaspiller son temps et son énergie.

Pour ce faire, deux techniques sont présentées : le spreading out et le sucking in. La première consiste à étaler son temps d’étude sur une longue période, et la deuxième, à bachoter. Étudier à la toute dernière minute avant un examen a ses avantages, avoue Santor, mais ils ne peuvent toutefois être comparés à l’espacement du temps de révision, et ce, même si le temps écoulé est le même.

Seulement, l’espacement de ses périodes d’étude requiert de l’organisation, ce qui est un tout autre défi d’après le professeur. Comme il l’explique, l’étudiant.e se doit ainsi de structurer ses journées et sa semaine en fonction de ses périodes d’étude répétées. Une affirmation confirmée par Émilie-Anne Théorêt, étudiante de cinquième année en formation à l’enseignement, qui avoue que « commencer un travail plus tôt, l’étaler et en faire un peu à la fois améliore l’apprentissage et diminue le stress relié aux études ».

Cinq astuces pour performer

C’est à ce moment que l’horaire entre en jeu. Selon Santor, « les étudiant.e.s rapportent que l’établissement du calendrier est le défi le plus important auquel ils.elles sont confronté.e.s ». Partageant cinq astuces au cours du séminaire, l’objectif est ainsi d’aider à établir un bon horaire de travail, et à maximiser les heures allouées à l’étude.

La première astuce pour l’étudiant.e est de trouver cinq heures, chaque jour, à consacrer à ses études, et ce, même s’il.elle ne le croit pas nécessaire. De cette façon, il.elle s’assure de ne pas manquer de temps, ou d’être angoissé.e à l’idée de manquer de temps.

La deuxième astuce proposée est d’inclure, dans ses temps d’étude, de courtes pauses. « Faire des pauses régulières est crucial pour rester concentré.e et se déstresser », affirme le professeur. Présentée également dans ce séminaire, la technique Pomodoro, imaginée par Francesco Cirillo dans les années 80, consiste à étudier sans interruption pendant 25 minutes, suivis d’une pause de cinq minutes. L’exercice est ensuite répété quatre fois avant d’allouer une plus longue pause de 30 minutes. Le Pomodoro s’avère être une technique reconnue pour son efficacité, selon Santor. « Faire des pauses est un moyen de rétablir son attention et de continuer à apprendre efficacement », confirme-t-il. Théorêt apprécie ces pauses d’étude, indiquant qu’elle « aime bien prendre des marches ou pratiquer le yoga pendant [celles-ci]  ».

La troisième astuce, pas aussi évidente qu’elle ne le semble selon Santor, est de minimiser toutes distractions et interruptions. Cela inclut les appareils électroniques, tels que le téléphone, qui devraient être hors de portée lors d’une séance d’étude. Il a été prouvé, d’après le professeur, que les étudiant.e.s performent mieux et ont une MPC plus élevée lorsqu’ils.elles apprennent dans des milieux calmes et silencieux que lorsqu’ils.elles écoutent de la musique ou sont dans un environnement bruyant.

Faire une liste de choses à accomplir durant la journée est la quatrième astuce donnée durant le séminaire. Cette liste devrait comprendre de trois à cinq tâches spécifiques et réalistes reliées aux études. D’après Santor, il serait mieux, par exemple, de se donner le but de lire un certain nombre d’articles plutôt que de commencer et finir sa dissertation en une seule journée. En ce sens, il explique qu’il est plus facile d’être motivé.e lorsque les tâches ne paraissent pas insurmontables.

La cinquième et dernière astuce est, justement, de se motiver. Le professeur affirme qu’il est important de se récompenser à la fin de sa journée de travail. Que ce soit un épisode de sa série préférée, du temps passé avec ses ami.e.s ou sa famille, cette récompense doit encourager l’étudiant.e à persévérer, déclare-t-il.

À votre tour !

Théorêt recommande aux étudiant.e.s de s’inscrire aux séminaires. Elle explique y avoir appris des choses qu’elle aurait aimé connaître lors de ses premières années à l’Université, de manière à s’épargner « tellement de stress ». D’après elle, cela lui aurait permis d’être plus à l’aise lors de la réalisation de ses travaux et de ses examens. Elle ajoute qu’il n’est toutefois « jamais trop tard [pour apprendre] : c’est non seulement bon pour les étudiant.e.s, mais aussi pour les projets futurs et les carrières ».

Le prochain séminaire s’intitule Se fixer des objectifs, prendre de bonnes habitudes et persévérer: pour en finir avec la procrastination et l’ennui. Il sera offert en français et en anglais, de 13 h à 14 h sur la plateforme Zoom, le vendredi 25 mars. Il est nécessaire de s’enregistrer dans un premier temps sur le site de l’Université, après quoi un lien de connexion est partagé.

Inscrivez-vous à La Rotonde gratuitement !

S'inscrire